Renato Sorgato

renato-sorgato.com

L'Art de la fugue de J.S. Bach - Genèse, finalité et perceptions

Plutôt que de procéder à une analyse purement structurelle de la dernière œuvre de J.S. Bach, l'Auteur a essayé de mettre en exergue, outre la personnalité de l'homme et du musicien, les différents facteurs musicaux et socioculturels qui auraient déterminé le cheminement vers cette abstraction de la pensée dans laquelle le musicien s'était réfugié dans les dernières années de sa vie.

134 pages  -  ISBN : 9782342167955  -  Essai > Commander le livre

Gilles Cantagrel - préface à l'essai "Revisiter Verdi en 2013"

2013. Anniversaire oblige, Verdi a été fêté par de nombreuses publications, livres, disques, articles. Un nouveau livre? Certes, mais pas comme les autres.
En effet, si la vie du créateur et l'histoire des oeuvres de ce musicien que l'on croit si bien connaître sont ici envisagées comme il se doit, elles se trouvent sans cesse "revisitées", comme nous en informe le titre de l'ouvrage, à la lumière de leur temps, et passées au crible d'une admiration critique subtilement informée.
Parce qu'il est homme de culture, Italien et Français, le musicologue Renato Sorgato se livre à un commentaire analytique d'un type original, croisant les points de vue du théâtre musical et de l'ensemble des faits de société. Ainsi a-t-il le grand mérite de proposer une perspective historique rarement prise en compte à ce point, qui replace avec précision la musique et la dramaturgie dans le contexte d'une époque particulièrement riche et mouvementée de l'histoire de l'Italie, traversée notamment de courants littéraires et idéologiques souvent plus complexes qu'on ne le pense.
Ce grand panorama synthétique montre Verdi cheminant par un itinéraire beaucoup moins rectiligne qu'on ne le dit souvent, et parfois chaotique, en particulier dans le choix et l'élaboration des textes qu'il devra mettre en musique, et donc d'une dramaturgie.
S'il est aujourd'hui le compositeur d'opéras le plus populaire au monde, c'est bien que Verdi écrit non pour une élite d'aristocrates ou de bourgeois, mais pour un peuple, le grand public de ses contemporains, dans un pays en pleine mutation des mentalités. Et que sous couvert de drames d'amour et de mort qui sont l'essence même de l'opéra, il y traite métaphoriquement des motifs ancrés dans l'inconscient collectif de ses compatriotes. C'est bine à cette aune que l'on peut apprécier les faiblesses du musiciens, voire ses "vulgarités", mais aussi son génie.
Ainsi, dans ces livrets que Verdi a choisis et contrôlés, dans la psychologie des personnages que sa musique incarne avec tant d'efficacité et jusqu'à la chair nue de l'émotion, dans les intrigues et les coups du destin qui frappent ses héros, tout prend peu à peu un sens supérieur à la lumière d'un contexte beaucoup plus général, celui de l'Italie et de sa culture. Et son oeuvre n'en apparaît qu'avec plus de force et d'éclat.

Gilles Cantagrel
Post� le 12/12/2013 17:59:43 221 commentaire(s)
Laissez un commentaire
Votre nom ou pseudonyme * :
Votre e-mail * :
Votre message * :

* Champs obligatoires.